Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La gare, un centre névralgique

C'est à la Compagnie des chemins de fer du Midi des frères Péreire, créée en 1852, que la gare de Puyoô doit son existence, rejoignant ainsi l'histoire du rail en France. En pleine fièvre des chemins de fer, la compagnie qui avait le vent en poupe s'est vue octroyer, outre la concession originelle de la ligne Bordeaux-Sète, celle de Bordeaux-Bayonne passant par Puyoô. En 1862, la gare de Puyoô voit le jour. D'abord rudimentaire et surtout destinée aux marchandises, la gare finira par s'ouvrir plus largement aux voyageurs, suivant en cela le développement du tourisme et notamment du thermalisme. La création en 1884 de la ligne Puyoô-Salies-Sauveterre-Saint-Palais (voir l'article sur le Centenaire) ne fait par ailleurs que corroborer cette évolution qui s'illustrera en 1920 avec la création de la halle des voyageurs. Depuis sa création par cette compagnie privée, nationalisée comme toutes les lignes de chemins de fer en 1945 et gérée par la SNCF, la gare de Puyoo allait constituer le centre névralgique du village.

 

L'histoire de la gare de Puyoô s'inscrit tout à la fois dans l'histoire des chemins de fer, dans l'histoire de l'industrie et das celle du tourisme.

Mémoire, elle se fait aussi le reflet de l'histoire de Puyoô dont elle a été non seulement le témoin mais aussi l'acteur de l'évolution socio-économique de la France.

Un lieu de passage

Les guides touristiques ne trompent pas sur le rôle de Puyoô comme escale ou jonction vers d'autres lieux. Apparaissant comme un lieu de passage, Puyoô n'y est guère présenté que comme tel face aux autres villages environnants.

Quelques extraits tirés des guides en attestent :

 

" Puyoo, gare de jonction des lignes Bayonne-Toulouse, de Dax et de Mauléon-Saint-Palais, est reliée par un pont à Bellocq (ruines d'un château du XIVe où résida Jeanne d'Albret ; portail d'église à sculptures romanes) ".

 

 

L'intérêt historique du village bénéficiera de l'attrait nouveau suscité au début du XXe siècle pour l'histoire économique et l'histoire ouvrière (voir cette catégorie).

 

Les voies

gare de Puyoo détail des voies.jpg

gare de Puyoo.jpg

Les quais de la Gare autrefois

 

quais de la gare , arret buffet.jpg

Le Centenaire de la ligne Puyoo-Salies-Sauveterre-Saint-Palais-Mauléon, 1884-1984

 

PUYOO centenaire de la ligne puyoo mauléon.jpg

 

C'est en effet en 1884, le 22 décembre, que la ligne Puyoô-Saint-Palais est mise en service. Elle est l'aboutissement d'un projet plus ancien : au début des années 1870, la construction de cet embranchement est déjà envisagé. Avec le plan Freycinet, le projet sera complété par celui d'une antenne Autevielle-Mauléon (mise en service le 11 avril 1887) puis, par celui d'une autre, de Sauveterre-de-Béarn à Oloron, qui ne sera réalisée que plus tard.

Les deux branches, construites et exploitées par la Compagnie du Midi (voir article), ont un profil difficile, fait de nombreuses rampes, parfois longues et pouvant atteindre entre 14 et 16 °/00 (de part et d'autre de Salies et d'Arbouet, notamment). Le long de la ligne, des ouvrages caractéristiques ont apporté leurs marques. Sur la branche de Saint-Palais rivalisent le viaduc en maçonnerie de Ramous (100m de long), le tunnel de Bellocq (349 m), le pont sur le Gave d'Oloron, le tunnel de Saint-Martin (515 m), la tranchée d'Arbouet et le pont sur la Bidouze, tandis que sur la branche de Mauléon, la voie traverse le pont sur le Gave de Mauléon.

Les premières locomotives à croiser les voies étaient des loco à vapeur de type 111, 120, 030, 130 et 230, de diverses séries Midi.

En 1930, avec l'électrification des voies, les automotrices Z 23000 apparaissent, ainsi que les fameux fourgons automoteurs Z 23200 (futurs Z 4200), qui assureront la desserte régulière jusqu'à la fermeture du trafic voyageurs.

Le trafic des voyageurs par train sera remplacé dès le 1er novembre 1949, pour le trajet Auteville-Saint-Palais, par le transport par la route, puis le 2 mars 1969, sur l'ensemble de la ligne Puyoô-Mauléon, section encore servie aujourd'hui, par autocars SNCF. Depuis cette date, le trafic des marchandises est assuré trois fois par semaine sur les deux branches.

 

L'attachement à cette ligne qui unit les deux cantons et le Pays-Basque s'est bien manifesté les 14 et 15 juillet 1984 quand une association locale, créée pour la circonstance, a fait revivre l'ambiance du siècle passé, avec renfort de costumes et trains à vapeurs !

 

PUYOO centenaire de la ligne puyoo mauléon03.jpg

 

Le public était nombreux à faire revivre cet événement tout au long de la voie !

Ici, à gauche, les quais de la gare, bondés comme à la Belle époque ! (voir l'article sur les quais).

 

Le chef de gare !